homepage |qui je suis |mes oeuvres |recensions |signalations |expositions |portfolio |
      
publicationes |mes photos |aphorismes |Rocca d' Evandro |links |guestbook |contatti |
   
  



aphorismes

Normalement un artiste, dès l'instant qu'il a conscience de ses propres
potentialités expressives, s'investit dans l'étude continue de l'art et,
se compare avec les " grands " qui l'on précédé, il cherche à tracer les grandes lignes
avec lui même ; il se compare avec un langage universel, qui concernait
les autres avant lui. Les manques par rapport aux grands maîtres du passé je crois
qu'ils sont présent en chacun de nous, dans certains cas comme de retentissantes citations,
dans d'autres cas comme de simples allusions.
L'important c'est de ne pas rester lié à la tradition mais se projeter de soi même
dans le futur, sous-entendu comme la plus authentique réalisation des éléments du présent dans le passé,
comme une aspiration et explication du propre être , des propres
possibilités plus authentiques.
 

Je suis convaincue que l'art, quelle qu'elle soit est véhiculée à travers quelconque forme
qui représente le reflet de la propre intériorité, l'objectivité,
le déplacement sur quelque chose d'externe à soi, des propres états d'âme , des propres
émotions. C'est une sorte de représentation de soi même. Ce " moi " dans
l'épanouissement de soi ne reste pas isolé mais il véhicule sa propre vision du monde.
La matière, elle-même véhicule cette idée qui prête attention à soi mais renvoi à
des significatifs cachés qui émergent dans un fond obscur qui ne se révèle jamais
complètement. Il est nécessaire de lever le voile du significatif pour pouvoir cueillir
l'idée qui se cache derrière lui.

 

L'artiste est celui qui se révèle tout en se cachant.
 

Mes travaux prennent naissance de l'expérience impressionniste qui m'a fasciné et
à laquelle je ne réussis pas à me détacher complètement .Pour certains vers il peut sembler
qu'ils piquent " d'anachronisme ", d'innocence, d'une sorte d'inversion de la critique de l'art
vers une expérience artistique déjà vu. Mais même dans la simplicité
de l'exposition , je crois pouvoir exprimer, dans mes toiles, le gouffre qu'il y a en moi et qui
existe en chacun de nous. Dans mes cadres il y a toute ma personnalité.
 

Je suis convaincue que ce n'est pas à l'artiste à devoir justifier son art,
mais c'est plutôt l'esthétique à devoir se justifier lui même
et à devoir expliquer les critères qu'il adopte. Le vrai artiste réalise car il en ressent
la nécessité, car poussé par un courant irréversible, il ne se demande pas pourquoi il s'exprime
d'une manière plutôt que d'une autre,
il s'exprime et c'est tout. Actuellement le critère d'évaluation d'une oeuvre semble être
l'impact que celle-ci a sur le marché ou elle se perd en une description exclusivement
technique, très souvent pleine de psychanalyse, de sémiotique, de sociologie. Par contre le goût,
l'opinion devrait émaner la capacité
de revivre en soi, l'oeuvre d'art, fait subjectif, individuel, irréductible, à des schémas
rigides et rationnels qui présument une sensibilité innée.
Il n'y a aucune règle absolue pour l'art. Qui peut établir quelles sont les oeuvres de
qualité et celles de mauvais goût ? Qui peut établir qu'est-ce le beau ? Qui peut
donner une définition de l'art, de ce qui est artistique ? Je pense qu'il n'existe pas de normes pour
l'art. C'est un acte de foie qui se manifeste sous forme d'intuitions, par une sorte d'illumination,
qui exile de toute logique.